Qui est en ligne?

Nous avons 19 invités en ligne

En un clic...

Brèves

FAQs

Besoin d'aide ? de conseils ? Une fonction ne vous semble pas claire ?

La FAQ (Foires Aux Questions) sont là pour vous aider à mieux utiliser le site et pour répondre à vos besoins d'assistance.

Ayez le bon réflexe!

 

Les poules de Marans

Les poules de Marans

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Lorsque l'on suit la Nationale 137, à quelques kilomètres de Luçon en Vendée, on franchit une quantité de petits ponts qui enjambent les canaux, plus ou moins importants, se déversant dans la Sèvre Niortaise.
Cette rivière sinueuse, qui semble aller chercher l'eau à l'embouchure de tous ces canaux, quadrillant un paysage excessivement plat, traverse la petite ville de Marans.

Marans était un port spécialisé en céréales, qui lui parvenaient surtout par voie d'eau des régions environ-nantes, ce qui favorisait le développement de l'aviculture.


Marans est le centre de toute cette région marécageuse qui s'étend de Luçon à la Rochelle.
Dans ses immensités marécageuses, s'est constitué le berceau de la race "Marans", la poule aux oeufs extra-roux.
C'est entre terre et eau qu'elle s'est formée, qu'ont été fixés ses caractères, qu'elle a pris ensuite son envol pour la France entière et pour bien d'autres régions du monde. Née de la fusion de plusieurs souches, la Marans s'est nourrie de cette argile grise du marais, en a respiré les brouillards épais, a reçu le sang des combattants étrangers, a pris à d'autres sa chair et la couleur de ses œufs pour former, enfin, cette poule appréciée et connue bien au delà de ses frontières.

Les bateaux anglais faisaient alors souvent escale à La Rochelle et débarquaient les coqs rescapés des combats fort prisés des marins pour égayer leur isolement en mer.En retour, était embarqué de la volaille qui fournissaient de la nourriture fraîche et des œufs.

Les combattants furent, tout naturellement, croisés avec les poules du marais; les produits issus de ces croisements avaient une silhouette plus trapue et pondaient déjà des œufs colorés.

Ces coqs de combat, aux coloris très divers, sont donc à l'origine des nombreuses variétés actuelles de la Marans et sont responsables du port fier, de la silhouette massive et du caractère souvent querelleur de ses coqs quand ce n'est pas de ses poules...

De nombreuses poules asiatiques "Langshan" furent importées à Fouras, situé à 20 km au sud de La Rochelle. Ses sujets essaimèrent dans la région et c'est ainsi que fut engagé le second processus de croisement de la Marans.

Dès lors se trouva bien fixée la caractéristique principale de la race : le gros œuf roux foncé. Il n'en était pas de même, cependant, pour les coloris de plumages tout à fait hétéroclites car remontant à ses origines ancestrales très variées.